Il y a 15 jours, lors d'une soirée d'entreprise, j'ai eu l'IMMENSE privilège (rayer la (les) mention(s) inutile(s)) :

1) de voir tous les membres de la direction saouls comme des polonais.

2) de manger une galette saucisse avec mes 300 collègues (pas) syndiqués.

3) de manger pour l'équivalent de ma prime de vacances dans un super resto.

4) de pouvoir chanter "Au revoir, au revoir président" déguisée en poulet, après avoir gagné 15 millions d'euros au loto.

Bon, vous avez compris que ce ne peut pas être la 4), car j'aurais depuis engagé un nègre pour écrire sur ce blog 1 billet par jour pendant que je me la coulerais douce aux Maldives.

Si vous avez répondu la 1), je dis que j'aurai bien aimé, mais on sait comment ça finit, des promesses et encore des promesses sous l'emprise de l'alcool.

Bref, le resto était très bien et le repas encore mieux.

Voici le menu (cliquez pour voir en grand)

SP_A0349

Les amuses bouches

(il manque le tartare huîtres-St Jacques, déjà mangé par le photographe, ce sagouin)

SP_A0350

L'entrée, un pur bonheur

SP_A0351

Le plat, bar cuit à la perfection (260 couverts à servir quand même, bravo pour le timing de la cuisson), petite quenelle de far au sarrazin délicieuse, sauce fantastique.

SP_A0352

Le dessert, le truc moyen du repas

SP_A0354

Le tout arrosé de moult et moult coupes de très bon champagne, de verres de vin ....

Heureusement que le photographe me ramenait ....